Espace Adhérents

Jour J : le 11 MAI
Publié; le 11 mai 2020 | Laurence

Alors que les écoles ouvrent aujourd’hui, la DASEN n’a toujours pas confirmé officiellement la possibilité d’être placé en ASA garde d’enfant alors que c’est le cas dans la plupart des autres départements de région parisienne !

Rappel des faits :
En CTM le 5 mai et en CHSCT-M le 7 mai le ministère a confirmé que : « les agents seront placés en ASA dans les mêmes conditions qu’avant et ce jusqu’à juin. », précisant même que les agents pourront être placés en ASA pour garde d’enfant que ces derniers aient leur école ouverte ou non.

Il aura donc fallu attendre la veille d’un week-end de 3 jours, précédant la rentrée, pour que le ministère précise ses intentions en la matière. Inadmissible pour les personnels qui attendaient des réponses concrètes et pour les équipes qui se réunissent aujourd’hui afin de s’organiser dans une situation de chaos
généralisé !

Quelles sont les différentes raisons pour lesquelles les personnels sont fondés à demander une ASA ?
Le SNUDI-FO 77 fait le point.

1– Les personnels (ou un membre de leur entourage) sont considérés comme étant vulnérable au sens du décret n°2020-521 du 5 mai 2020. Ce texte concerne les salariés de droit privé mais le ministre, au cours du CHSCT-M du 7 mai 2020, indique qu’il va servir de référence au Ministre de l’Education Nationale, ce décret reprenant la liste des pathologies répertoriées par le Haut Conseil de la Santé Publique. Ces personnels doivent être obligatoirement autorisés à faire du télétravail par l’IEN/DASEN/RECTEUR.

2– Les personnels « anxieux » à l’idée de reprendre en présentiel ou ayant une pathologie autre que celle du champ défini par le décret n°2020-521 du 5 mai 2020 peuvent obtenir une autorisation de poursuivre leurs missions à distance sur présentation à leur l’IEN/DASEN/RECTEUR d’un certificat médical de leur généraliste stipulant simplement « personne fragile devant rester éloignée de l’école/poste de travail ». Le ministre a confirmé lors de son audience avec la FNEC-FP FO qu’il y aurait une bienveillance à l’égard de ces personnels.

3– Les personnels qui n’ont pas de moyen de garde car l’école ou le niveau de classe de leur enfant est fermé ou qui décident de ne pas remettre leur enfant à l’école peuvent être placés en ASA garde d’enfants à leur demande.
 
En Seine et Marne, malgré nos questions, la DASEN n’a toujours pas dissipé ce flou qui nuit à l’organisation de centaines d’écoles, qui dès aujourd’hui seront pourraient être tenues de revoir totalement leur organisation.

Ce manque d’informations et de cadrage précis entraîne une désorganisation totale !
Le ministère, les autorités rectorales et académiques en sont responsables !
En tout état de cause le SNUDI-FO 77 demande à ce que ce droit soit respecté pour chaque enseignant.

Le SNUDI-FO 77 appelle tous les collègues à nous contacter en cas de pression ou de non-respect de ces dispositions.
Nous appelons tous les collègues à vérifier que les conditions matériels et sanitaires (masques chirurgicaux, masques pédiatriques, savon, serviettes jetables) sont réunies dans leur école. Si ce n’est pas le cas il faut écrire immédiatement à l’IEN avec en copie le SNUDI-FO 77. Si l’équipe estime que les principes généraux du
protocole sanitaire ne sont pas applicables, elle doit faire un courrier circonstancié à son IEN, et bien préciser dans le détail ce qui est impossible à mettre en place.
Attention : en aucun cas, le directeur ne peut prendre la décision d’ouvrir ou fermer son école, c’est l’IEN qui est responsable du service. Si dans une école aucun enseignant ne peut être présent, c’est à l’IEN de gérer la situation et
non au directeur.

Le SNUDI-FO 77 s’oppose à toute forme de déréglementation, toute remise en cause du statut et de nos ORS qu’on voudrait nous imposer, au prétexte d’une situation inédite et exceptionnelle.

cale

Rechercher sur le Site
SPIP 3.0.16 [21266] habillé par le Snudi Fo