Espace Adhérents

Déclaration de la FNEC FP FO au CTSD du 6 septembre 2018
Publié; le 6 septembre 2018

Madame l’Inspectrice d’Académie, Mesdames et Messieurs les membres du CTSD,

Les CTSD de rentrée passent, les gouvernements et les réformes se succèdent, et la politique d’austérité exigée par les directives de l’Union européennes continue et s’aggrave d’année en année. Les dépenses publiques doivent être continuellement diminuées au prétexte d’une croissance économique insuffisante, alors que le journal « les échos » annonçait à la fin de l’été une augmentation de plus de 23,5 % d’augmentation de la valeur des dividendes en France ! Après le code du travail, la sécurité sociale, le gouvernement entend réformer l’assurance chômage, les retraites, la fonction publique. L’objectif de 30 milliards d’économie préconisé par le rapport CAP 2022 ne peut se réaliser qu’en détruisant le statut des fonctionnaires. Ainsi, après la remise en cause du bac et Parcoursup qui écarte des dizaines de milliers de bacheliers du droit à s’inscrire à l’université, notre ministre annonce « nous amplifions les perspectives ouvertes à la rentrée passée »

361 postes n’ont pas été pourvus au concours de PE en juin sur notre académie, pour la FNEC FP FO il suffirait d’ouvrir la liste complémentaire, pour y remédier. Mais le ministère en a décidé autrement, en deux ans, sur le plan national, le nombre de contractuels dans le premier degré est passé de 300 à 4000 ! L’augmentation du recrutement de contractuels en application du projet de « nouveau contrat avec les agents publics » du ministre Damarnin, est pourtant en contradiction avec l’article 3 du code de la fonction publique.
L’enveloppe de 40 ETP allouée à la Seine et Marne, a été entièrement absorbée par le dispositif de dédoublement de CP en REP et CP et CE1 en REP +, sans compter le redéploiement des PMQDC. Ce dispositif se met donc en place au détriment des autres écoles du département. Ainsi il n’est pas rare de voir des CP à 28 voir plus dans les écoles non classées.
Certaines écoles non classifiées REP ou REP+ demandent ce classement afin que les difficultés qu’elles rencontrent soient prises en considération, comme l’école Arcades Fleuries à Chelles ou l’école élémentaire Alfred Binet Meaux qui demande à être classée en REP+. Par ailleurs, nous avons constaté que cette année les écoles sorties du dispositif Education prioritaire en 2016 n’ont pas vraiment bénéficié du regard bienveillant qui leur avait été annoncé à l’époque.

En conséquence de cette pénurie, les garanties statutaires sont sans cesse contestées, le refus des temps partiel et de disponibilité se généralisent laissant les collègues seuls face à leurs difficultés d’organisation. Les postes à profils se multiplient entravant encore davantage le droit à mutation.

En contradiction avec les principes de l’école publique de la République, qui se doit d’ être nationale laïque et gratuite, les réformes Peillon- Hamon- Blanquer dont la FNEC FP FO continue de demander l’abrogation, poursuivent la territorialisation de l’école. Le retour à la semaine de 4 jours sur de 98,4% des communes ne résout pas les problèmes d’ingérences des municipalités dans le fonctionnement des écoles. Ainsi le port de l’uniforme décrété par le maire de Provins en est un exemple. C’est pourquoi Mme l’Inspectrice d’académie, nous vous demandons d’intervenir auprès de cette commune pour rappeler le principe de gratuité de l’école.

Alors qu’il est avéré que les PE effectuent en moyenne 41h de travail effectif hebdomadaire (source : MEN DEPP) le ministre rajoute les évaluations CP et CE1 que les enseignants devraient faire passer à leurs élèves dans les 2 dernières semaines de septembre puis en février avec un retour individualisé aux familles. Ces évaluations ne reposent pourtant sur aucun texte réglementaire. Par ailleurs les documents ne sont pas encore parvenus dans les circonscriptions. A l’ère du numérique où les logiciels font des miracles. La saisie des résultats devrait donner lieu à des préconisations pédagogiques que les enseignants devraient suivre ! Où est la liberté pédagogique ? Pour déterminer les remédiations nécessaires et les pistes pédagogiques à utiliser rien ne peut remplacer la relation réelle entre l’élève et l’enseignant.
Par ailleurs, le PE qui aurait pendant l’été concocté ses propres évaluations devrait-il y renoncer ?
Pour la FNEC FP FO n’en déplaise à Mr le ministre les préconisations même ministérielles n’ont pas valeur de loi. Ces évaluations ne peuvent donc avoir un caractère obligatoire. Nous demandons qu’aucune pression ne soit exercée sur les enseignants qui souhaiteraient utiliser leurs propres évaluations.

Comme à chaque rentrée l’inclusion d’élèves à besoin particuliers posent des difficultés, organisation d’équipes éducatives, d’ équipes de suivi, gestion au quotidien des difficultés de comportement surtout lorsque les AESH ne sont pas encore arrivées… Ainsi le gouvernement annonce la création de 10900 postes d’AESH mais oublie que 20000 contrats d’AVS sont supprimés…

Pour terminer, afin de permettre aux écoles de Seine et Marne de remplir leur mission d’enseignement dans de meilleures conditions, il est urgent d’augmenter la quantité de décharge pour tous les directeurs et directrices et, ou de créer des postes statutaires d’aides à la direction.

La FNEC FP FO demande l’ouverture de la liste complémentaire, pour permettre la levée des fermetures de classes dont les écoles en font la demande et la création de toutes les classes et postes RASED, psychologues scolaires et remplaçants, nécessaires au bon fonctionnement des écoles de Seine et Marne.

cale
Documents Liés
declaration_de_la_fnec_fp_fo_au_ctsd_6-09.pdf
PDF - 152.9 ko

Rechercher sur le Site
SPIP 3.0.16 [21266] habillé par le Snudi Fo