Publications

Archives Publications

Rechercher sur le Site
Espace Adhérents

Communiqué du 24 mars 2020
Publié; le 25 mars 2020 | Laurence

Rompre le confinement pour des photocopies :
Pour le SNUDI-FO 77 c’est non !

Par une note en date du 22 mars, le recteur de l’académie de Créteil fait part de nouvelles consignes sur l’extension du dispositif d’accueil des enfants durant le confinement, et sur la transmission de documents sur support papier aux familles sans solutions numériques.
Outre que cette circulaire fait peser sur les directeurs des responsabilités qui ne sont pas les leurs, comme la délivrance d’une autorisation dérogatoire de se déplacer, elle organise aussi la rupture du confinement au nom du maintien de la continuité pédagogique.
Rappelons tout d’abord que les directeurs d’écoles ne sont pas des personnels d’autorité. A ce titre, aucun d’entre eux ne doit ou peut engager sa responsabilité en signant une déclaration autorisant, même à titre dérogatoire, une personne à se déplacer au mépris de toutes les dispositions légales qui prévalent depuis l’instauration d’un confinement. On peut ajouter que la récupération de documents sur support papier n’entre pas dans les motifs qui autorisent à rompre le confinement (Décret n° 2020-260 du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus covid-19)
Depuis le 13 mars, les enseignants mettent tout en œuvre dans un cadre disloqué pour assurer une poursuite des apprentissages pour les élèves. Dans ce cadre où nombre de difficultés s’accumulent, chaque enseignant prend toutes les dispositions nécessaires pour garder un lien avec les familles.
Dans le cas des familles qui ne « disposent pas de solution numérique », la circulaire du 22 mars 2020 ne laisse planer aucun doute, celles-ci « doivent de se faire connaître dès que possible auprès des directeurs … ». Cette disposition n’implique en rien la nécessité d’une présence physique dans les locaux de l’école, puisque les directeurs peuvent tout à fait opérer au basculement de la ligne de l’école sur leur téléphone, ou être joint par mail.
De ce point de vue, l’absence de communication d’une adresse mail, l’absence de réponse à un appel ou à un message de l’enseignant, ne saurait être entendu comme une absence de solution numérique.
Au moment ou des centaines de médecins recommandent un renforcement du confinement, au moment où le directeur général de la santé déclare* : « A l’hôpital, en réanimation, en ville, en EHPAD, le virus tue et continue de tuer. » il ne saurait être question pour les enseignants, quels qu’ils soient, de s’exposer pour des photocopies !
Le SNUDI-FO 77 n’accepte pas que notre ministre qui prétend suivre les recommandations du ministère de la santé, quand il s’agit de ne pas fournir de protections aux collègues volontaires pour l’accueil des enfants de soignants, s’exonère de ces mêmes recommandations au nom de la continuité pédagogique.
Pour le SNUDI-FO 77, aucune présence physique des enseignants hors de l’accueil, par des volontaires, des enfants de soignants et, depuis le 22 mars des personnels de l’aide social à l’enfance !

*Point de presse du 22 mars 2020

cale
SPIP 3.1.3 [23214] habillé par le Snudi Fo