Publications

Archives Publications

Rechercher sur le Site
Espace Adhérents

Communiqué de rentrée nov 2020
Publié; le 2 novembre 2020 | Laurence

Rentrée du 2 novembre : Jamais l’école n’avait été soumise à un tel chaos et une telle dislocation

Le nouvel épisode de confinement décidé par le Président de la République, qui maintient les établissements scolaires ouverts de la maternelle au lycée, met scandaleusement en lumière l’absence totale d’anticipation et de préparation d’une nouvelle vague épidémique.

Ainsi après avoir allégé le protocole sanitaire en vigueur dans les écoles, le ministère entend désormais le renforcer par la publication d’un nouveau document : masques pour tous élèves dès 6 ans, aération renforcée des locaux et limitation du brassage des élèves.
Si l’on ne peut qu’être consterné par l’illustration de nouvelles contradictions, puisqu’il était expliqué avis du haut conseil de la santé publique en bandoulière, que les élèves ne contaminaient pas et ne se contaminaient pas entre eux, il est surtout permis de douter de l’efficacité de ces nouvelles mesures, tant le maintien de l’activité salariale ou les transports en commun ne peuvent que conduire à une poursuite des contaminations.

Alors que le SNUDI-FO a demandé, à l’échelle départementale et académique, un plan d’urgence pour recruter massivement et limiter les effectifs par classe, des masques propres à assurer la santé et la sécurité de tous les personnels et une politique de tests dans les écoles, l’ensemble de la chaîne hiérarchique a écarté nos revendications !

A ces revendications légitimes, notre administration, en application de la doctrine ministérielle, a répondu par des fermetures de classes, des masques dangereux voire toxiques et une définition extrêmement limitative des cas contacts conduisant à une absence quasi totale de traçage dans les écoles.

A l’heure actuelle où en sommes-nous ?

Alors que des centaines de milliards sont mis sur la table pour « soutenir l’économie », aucun moyen humain et matériel n’est mis à disposition des enseignants, aucune solution n’est proposée pour répondre aux exigences de distanciation sociale.
Ainsi, chacun appréciera les réponses du recteur de l’académie qui, dans une réunion convoquée en urgence vendredi 30 octobre avec les organisations qui siègent en Comité Technique Académique, déclare :
« Vous demandez un recrutement massif, mais dans quels locaux met-on les élèves ? » En effet, comment trouver une solution à cette question, lorsque pendant huit mois on s’est interdit de débloquer des moyens extraordinaires pour les écoles, collèges et lycées ?
« Vous demandez un recrutement massif, mais où sont les ressources humaines derrière ? Concernant la liste complémentaire, je ne recruterai pas des gens qui dont le niveau est insuffisant ! » Mépris, pour les centaines de collègues placés sur liste complémentaire par un jury qui a estimé que leurs résultats aux épreuves du concours leur permettaient d’enseigner, mépris pour les collègues déjà en poste, recrutés sur listes complémentaires et dont les rapports témoignent d’un travail de qualité.

Quant à la question des personnels vulnérables, 15 jours après l’arrêt du conseil d’Etat qui suspend le décret du 29 août 2020 redéfinissant la liste des pathologies prises en compte, le recteur n’est toujours pas en mesure d’assurer les agents qu’ils peuvent d’ores-et-déjà obtenir une ASA, faute de circulaire fonction publique.

A tous ces éléments, il convient d’ajouter que c’est lors de cette même réunion que le recteur a appris par le ministère, que le cadrage national prévu pour « rendre hommage à M. Paty » et « réaffirmer les valeurs de la République » n’était plus d’actualité, pour cause de « sécurité à assurer aux abords des établissements. »
Seules seraient maintenues la minute de silence et la lecture de la lettre de Jean Jaurès en fin de matinée.

Pour le SNUDI-FO 77, aucun collègue ne peut se voir imposer une parole en classe qu’il n’aurait lui-même choisie, y compris au nom d’un hommage national à un collègue victime d’un crime atroce pour avoir exercé sa liberté pédagogique.

Le SNUDI-FO 77 appelle l’ensemble des collègues à se réunir et à formuler leurs revendications, sur la protection sanitaire, les conditions de travail etc… Il appelle également à prendre toutes les initiatives nécessaires pour faire valoir ses revendications et obtenir satisfaction. Un préavis de grève couvre toute la période.
Le SNUDI-FO 77 soutiendra et appuiera auprès de la direction académique tous les cahiers de revendications qui lui seront transmis.
Enfin, Le SNUDI-FO 77 informe qu’en Seine-St-Denis, un appel à la grève le 17 novembre a été lancé par une large intersyndicale départementale sur la base de ces revendications.

cale
SPIP 3.1.3 [23214] habillé par le Snudi Fo